Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

Un peu d'histoire

1- La naissance de la J.S. Soignies

C’est en 1948, à la sortie de la guerre 40-45, que dans le cadre d’un mouvement de jeunes présidé par Victor Baguet, quelques jeunes prirent la décision de créer une section sportive afin de meubler leurs loisirs. Hasard ou volonté délibérée, le basket Ball fut choisi.

C’était un choix difficile car rien n’existait dans la région pour pratiquer le basket: pas de terrain, pas d’installations, pas de matériel et… quasi pas de joueurs!!

Et pourtant (était ce déjà un signe prémonitoire?), les quelques idéalistes se mirent au travail: fabrication des panneaux, recherche d’un endroit où jouer et où se changer .

Le premier terrain (uniquement pour les entraînements) du club de basket ball de Soignies se situait sur la place du Jeu de Balle qui, comme toutes les places de l’époque, était en cendrée. Comme cet endroit était occupé en priorité par les équipes de balle pelote, les basketteurs devaient donc, pour pouvoir jouer, d’abord tracer toutes les lignes du terrain de basket, ensuite y amener les panneaux et le matériel nécessaire. «Monter» le terrain était bien, mais sitôt le match terminé, il fallait «démonter» et transporter le tout à l’endroit de stockage.

Top

2- Les années 48 à 70

Le club commença son histoire; en disputant en 1948 le championnat du Hainaut de la Fédération Ouvrière sous la présidence de Victor Baguet; assez rapidement le nombre de membres atteignit la vingtaine, ce qui permit par la suite d’aligner une équipe «Premières», une équipe «Réserves» et une équipe «Cadets/Scolaires».En 1950, le club s’étoffa avec une équipe «Dames».

Le nombre de membres augmentant et l’expérience acquise par la pratique déjà de quelques années eurent pour effet de permettre au club d’aligner une équipe dans chacune des 4 catégories Seniors de la Fédération Ouvrière et … toutes les équipes du club terminèrent premières de leur championnat respectif!!!

Après avoir remporté plusieurs fois le titre et afin de relever de nouveaux défis, le club décida d’aligner toutes ses équipes en Fédération Royale Belge de Basket Ball à partir du championnat 1957/1958. Dès le premier championnat, la J.S. Soignies remporta le titre, et passa en 3ème Provinciale. Pause d’un an en 58/59, et redémarrage en 59/60 pour accéder à la 2ème provinciale.

Le club qui avait entre-temps émigré sur le terrain (asphalté) de la Place Van Zeeland bénéficia alors de la possibilité d’un éclairage sommaire (un spot placé sur un poteau électrique) du terrain, ce qui permettait des entraînements le soir.

Nouvelle halte d’un an en 60/61, et … nouvelle montée en 61/62. Bien lancée, la J.S. Soignies accède en 62/63 à la 4ème Nationale et devient ainsi un des porte drapeaux de la région du Centre et du basket hennuyer. Mais, toute médaille a son revers, et pour la J.S. le revers constituait dans l’obligation, en 4ème nationale, de jouer en salle.

C’est ainsi que pendant quelques années, la J.S. loua la salle du Collège Saint Vincent pour y disputer ses matches de championnat.

Malheureusement, si la J.S. était un peu trop forte pour le niveau de la première provinciale, elle était aussi un peu trop faible pour le niveau de la 4ème Nationale. Les finances du club fondaient su soleil à chaque championnat passé en 4ème Nationale où les déplacements conduisaient les joueurs de la J.S. dans les 4 coins de la Belgique. Cette situation (3 allers retours de P1 en Nat.4) ne pouvait durer et une période plus difficile commença.

Top

3- Les années 70

Le début de années 70 fut particulièrement difficile et les «descentes» commencèrent à tel point que le club se retrouva en 3ème Provinciale en 75/76. Cette période de dépression s’explique par le fait que la plupart des clubs de la province disposaient de salles (généralement communales) alors que les joueurs de la J.S. devaient toujours jouer dehors par n’importe quel temps. De plus, le recrutement était de plus en plus difficile compte tenu de cette absence de salle (les gens trouvaient à quelques minutes en voiture des installations plus modernes). En 1978, le club fête ses 30 ans d’existence mais cette année sera marquée par l’incendie du local que la J.S. s’était aménagé quelque années auparavant.

Le comité ne voulait plus l’asile à un café pour servir de vestiaire et il fut alors décidé de louer une maison près de la Place Van Zeeland; cette maison fut réaménagée pour y installer des vestiaires et douches.

Malgré les déboires tant sportifs que logistiques, le moral et la bonne humeur faisaient toujours partie du quotidien des «gars de la J.S.» et les petits voyages sportifs et récréatifs (dont tous les frais * voyage, hôtel, etc.…* étaient payés entièrement par les participants) restent toujours dans toutes les mémoires. Diekirch fut ainsi marqué par l’escalade de la façade du restaurant par Alain qui y planta le drapeau de la J.S., l’Alsace fut marqué par l’occupation de la cabane/restaurant des chasseurs suite à l’arrêt du car dans le col de la Schluss, la Bretagne quant à elle fut marquée par l’invasion à Rennes d’un bistrot (apéro oblige) après avoir roulé toute la nuit.

Top

4- 1980 : les années des grands défis logistiques

Fin des années 70 et début des années 80, le club végétait et le comité se devait de trouver les moyens de «relancer la machine». Le principe de base était qu’il fallait absolument des installations couvertes pour que les joueurs puissent progresser.

Début 82, le club achète d’occasion une «bulle» et l’installe près du terrain de football, après avoir aménagé la surface du terrain (qui était un verger sans accès ne disposant ni d’arrivée d’eau, ni d’électricité, ni d’évacuation des eaux usées); après avoir stocké la bulle quelques mois dans le garage d’un membre de manière à effectuer les travaux indispensables pour y placer la Bulle (arrachage des arbres, nivellement du sol, pose de pierrailles et du béton, construction d’un abri pour y installer la soufflerie, extension des lignes électriques,etc.…), la structure gonflable fut installée fin 1982. Mais, cela n’était pas suffisant car il fallait encore des vestiaires et des sanitaires de façon à accueillir des équipes et pouvoir disputer des matches.

L’été 83 constitue un des plus beaux souvenirs de ceux ayant vécu cette époque; pas de départ en vacances pour ceux là mais bien des journées de 12 heures pour réaliser en 6 semaines la construction du bâtiment Vestiaires/Buvette. Répartis selon les compétences en équipes de maçons, manœuvres ou terrassiers, les membres de la J.S. aidés par quelques amis «;du métier;» avaient ainsi réalisé un rêve fait il y a plusieurs dizaines d’années: doter la J.S. Soignies d’installations couvertes.

Et le financement de tous ces travaux?? La J.S. avait obtenu un prêt bancaire à rembourser en cinq ans, ce qui signifiait que le travail de collecte de fonds était loin d’être terminé car en plus du remboursement mensuel du prêt, il fallait payer aussi tous les frais annexes tels que électricité, assurances, etc…. mais encore supporter les coûts inhérents à tout club sportif (Fédération, arbitrages, ballons, etc…..). La gestion de la Trésorerie a donc du être extrêmement serrée pendant quelques années et les organisations pour le récolte de l’argent devaient se multiplier (Foire Commerciale, Tournois de Mini Foot, Soupers divers, locations des installations, etc…)

Pendant cette période difficile exigeant beaucoup de travail, l’effort sportif avait été maintenu et même amplifié; le nombre d’équipes avait été augmenté suite à l’arrivée de jeunes et de Dames, tandis que l’équipe Premières ne parvenait pas à s’extirper de la 3ème provinciale jusqu’en 86. Lors du championnat 87/88, l’équipe Premières réintègre la 27ème provinciale.

Malheureusement, la J.S. n’est pas épargnée par le sort puisqu’en janvier 88, la Bulle est détruite par la tempête, ce qui oblige les équipes de la J.S. à demander l’asile au club de Braine le Comte jusqu’en fin de saison (mai 88)

Nouveau (et important!) problème pour la J.S. Que faire?? Le Comité décida alors de se lancer dans la construction de la salle sachant tous les travaux et sacrifices que cela comporte. Durant l’été 88, les membres consacrent leurs loisirs à la préparation de la construction; agrandissement de la surface de la dalle de béton, élargissement de la Buvette et des cuisines, construction de locaux supplémentaires.

Commence alors le feuilleton des démarches administratives (classiques pour toute construction, intensives pour trouver le financement nécessaire notamment auprès de la Région Wallonne).

En janvier 89, la salle était disponible pour la pratique du basket Ball; il avait donc fallu une seule année pour que le problème du remplacement de la Bulle soit résolu!!

Et malgré ces mésaventures, la J.S. alignait en septembre 89 trois équipes de jeunes (Pupilles Filles, Minimes Garçons et Juniors) et trois équipes Seniors (Premières, Réserves et Dames)

Top

5- les années 90: extension des équipes de jeunes

Alors que les travaux logistiques se poursuivaient en aménageant la salle (pose de l’isolation au plafond, placement de l’éclairage, sablage du sol pour éviter les glissades, )

le sport n’était pas oublié puisque le nombre d’équipes de jeunes augmentait sans cesse et bientôt la J.S. Soignies alignait une équipe dans chaque catégorie d’âge garçons (Mini Basket, Poussins, Benjamins, Pupilles, Minimes, Cadets, Juniors) et une équipe d’âge en Filles.

Et, cerise sur le gâteau, l’équipe Premières remporta sa série et monta en Première Provinciale (série qu’elle avait quittée depuis plus de vingt ans!), mais réintégra la 2ème l’année suivante.

Poursuivant inlassablement son objectif de formation des jeunes, la J.S. Soignies ainsi que ses travaux d’amélioration des installations: (1992: placement des panneaux suspendus — 1995: placement chauffage dans les Vestiaires - 1998: Placement chauffage dans la salle et placement marquoir électronique), la J.S. Soignies maintenait ses équipes à bon niveau durant toute la décennie.

En 1998, la J.S. Soignies fêta ses cinquante années d’existence .

Top

6- les années 2000: Le nouveau millénaire

Lors des premières années du nouveau millénaire, poursuivit son travail d’amélioration des installations. C’est ainsi que la toiture du bâtiment Vestiaires/Buvette fut rénovée (il était temps car il pleuvait parfois dans la Buvette!) et que la chaudière du chauffage de la salle fut remplacée.

Du point de vue sportif, les Juniors de la J.S. après avoir remporté leur championnat, enlevèrent la Coupe du Hainaut. Une première levée de jeunes arrivait donc à maturité et allait enfin pouvoir renforcer les rangs des seniors de la J.S.; le sort en décida autrement car, attirés par les sirènes d’autres clubs (qui promettent beaucoup mais ne tiennent rien), certains de nos jeunes quittèrent la J.S. et partirent jouer dans des clubs environnants.

Malgré ce coup du sort, et avec l’aide des jeunes qui avaient continué à faire confiance à la J.S., l’équipe Premières de la J.S. a obtenu des résultats corrects durant quelques années.

Aujourd'hui, à l’aube du championnat 2005/2006, la majorité des jeunes sont rentrés au bercail et constituent, avec les anciens, un groupe prometteur appelé à obtenir de bons résultats. L’avenir nous le dira et, espérons le, nous le confirmera.

Au point de vue logistique, un nouveau parquet sera installé prochainement dans la salle; ce projet, existant depuis quelques années verra donc sa concrétisation en principe dans le courant du mois de septembre 2005. Certains se demanderont pourquoi il a fallu aussi longtemps, mais il faut savoir que la J.S. doit financer TOUS les travaux dans la salle et parfois une aide lui est accordée (Dossiers à accepter par la Région Wallonne, donc le paiement éventuel d’un subside vient longtemps après les travaux!!); comme la J.S. doit d’abord payer les factures des travaux AVANT de demander un subside, il faut donc d’abord avoir l’argent (parfois sous forme de prêt).

Top

Merci à Guy BAISE (ancien président de la J.S.) pour cette page d'histoire.

Aucun événement